Les terrils du Pays à part - Haillicourt

Suite aux travaux de stabilisation de l'escalier et de remplacement des marches, il n'est pas possible d'accéder au belvédère avant début octobre. Le reste du site est quant à lui accessible.

Escalader une montagne… Trop facile, trop banal :). Mais se hisser au sommet d’un terril, pour la vue, pour l’histoire, pour sentir et ressentir tout un pays, voilà une belle aventure !

« Les terrils sont comme des phares, pour voir et comprendre notre pays » nous a soufflé un vieux monsieur, un jour de balade matinale, en grimpant sur le T2, le plus haut des terrils du Pays à part d’Haillicourt. Nous n’avons pas compris tout de suite ce que cela voulait dire. Nous sommes montés à son rythme, en suivant les marches aménagées… Une fois arrivé au sommet, il était intarissable !

« Au fur et à mesure de l’extraction, les terrils ont grandi, grandi ». « Vous voyez » nous dit notre guide improvisé : « ici, c’est pas des grandes villes. Mais les compagnies minières ont construit des habitations autour des puits, au plus près du travail. Alors d’en haut, on voit bien tout cela : des petits blocs de corons disséminés de puits en puits. Comme des villes à la campagne. »

La vue surprenante du belvédère

La vue circulaire du belvédère, situé en haut du terril, offre un panorama unique sur l’ensemble du Bassin minier. Pas de panique, 420 marches ont été aménagées. Alors on y grimpe ? Chacun à son rythme.

Et une fois là haut, on se prend pour les rois du monde !

Les habitants sont souvent de merveilleux conteurs. Ils portent des histoires de famille, celles de leurs parents. Une histoire récente, les derniers carreaux de mine n’ayant fermé qu’en 1982 !

Ils vous racontent que ces lieux industriels sont devenus des sites naturels, protégés par Eden 62. Ils vous racontent pourquoi les mines ont été creusées ici et pas là-bas, par exemple sur la commune de Béthune. L’organisation politique y était plus forte ; le creusement de sondages refusé. La petite histoire éclaire la grande, toujours.

Sur les terrils jumeaux, des panneaux expliquent leur histoire, l’évolution de leurs fonctions, pourquoi il est important de les préserver. Privilégiez les hommes et les femmes qui les parcourent mais méfiez-vous, ils sont bavards, très bavards. Ils aiment partager parce qu’ils sont fiers de leur passé.

Fiers de voir le Bassin minier Nord-Pas de Calais, inscrit sur la prestigieuse Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO !

Il est parfois intéressant de prendre de la hauteur sur notre quotidien, pour se sentir tout petit devant la beauté qui nous entoure...
Un conseil : admirez avec vos yeux d'enfant !

Accès rue de la Lampisterie - Haillicourt
+33(0)3.21.32.13.74

www.eden62.fr
Plus d'infos

The Miracle morning, vous connaissez ?

Le concept de Miracle morning, c'est de profiter du matin (très tôt) pour s'occuper de soi et améliorer sa vie. Rien que ça ! La journée commence de manière plus calme et on est plus détendu, moins stressé. Se lever deux heures plus tôt par rapport à son horaire de lever habituel, sans pour autant moins bien dormir... Cap ?
Certains fêtent même le 1er janvier "tout in haut de ch'terril" : une ambiance auberge espagnole pour souhaiter la bonne année à des inconnus, en tout cas au début...

Le terril viticole - Haillicourt

Témoins vivants de la vie de milliers d’hommes et de femmes pendant plus de 100 ans, les terrils se sont réinventés. Ce sont désormais des lieux de loisirs, pour certains insolites, voire poétiques. Skier sur un terril à Nœux-les-Mines. Installer des pieds de vigne sur le « terril escargot » d’Haillicourt. Quel est le sens de tout cela ?
Le sens, c’est de donner un nouveau visage au passé. Un visage plus vert, qui invite à la fête et au plaisir sur ces anciens lieux de sueur et de dur labeur.

Avec ses 136 mètres d'altitude et un dénivelé de 80%, ce terril offre aux vignerons de nombreuses possibilités. C’est ainsi que « le Charbonnay » est né !  3 000 pieds de Chardonnay plantés, en plein cœur des houillères. Un projet ambitieux et un peu fou que l’on doit à deux vignerons : Olivier Pucek et Henri Jammet ! C’est le seul vin à être élevé sur les déchets miniers d’autrefois. Des vignes bio sur une terre noire… Quelle histoire !

Terril n°9 - Fosse n°2 bis
D188 - Rue Emile et Léopold Lesage - Haillicourt
Vignes visibles, non accessibles hors visites

Plus d'infos

Les anecdotes des gens d'ici - Alexandre

Alexandre protège, soigne et restaure la faune et la flore étrange des terrils, mais surtout la mémoire et l’amour des gens d’ici pour ces paysages qu’ils ont façonnés. À découvrir dans le BBlog !

Légende

  • AmBBassadeurs
  • Moments vrais