Un estaminet flamand à Locon pour manger bon et vrai comme chez grand-mère, ou mieux encore… Par où commencer ? Alexandre et Mélanie sont aussi bavards que leur cuisine est généreuse. Ils parlent de leur carte, de leurs spécialités flamandes comme d’autres raconteraient leur vie, leurs souvenirs !

Un estaminet qui leur ressemble

Une cloche qui sonne. Un « coucou » qui indique qu’une nouvelle heure vient de s’écouler comme par enchantement, au beau milieu d’un bric-à-brac de souvenirs intimes, de photos de familles, d’objets chargés d’histoires, de leur histoire.

Au mur, une assiette de Desvres, gigantesque, presque un plat ; la même que celle où le boucher de Bruay vendait son pâté artisanal quand Alexandre était enfant… Souvenir !

Partout, des photos de leur histoire, de leur famille : une du grand-père de Mélanie, ancien mineur, qu’un client a un jour reconnu : « ce n’serait pas “ch’maître ?”,  mon ancien contremaître de la mine ? ». Leur restaurant est un lieu de rencontres. Ici, des clients sont devenus des amis. Des gens passent la tête pour dire « bonjour » au petit matin, quand Alexandre ouvre les portes vers 6h, pour s’installer seul face à son piano, contrôler ses frigos. Moment de silence avant les coups de feu à venir.

Les anecdotes s'éveillent...

Mais leur restaurant est surtout un lieu de partage. Pour eux comme pour leurs clients. Un monsieur de 74 ans, ancien commis charcutier, qui s’invite dans sa cuisine pour lui apprendre des recettes d’antan. Un couple de vieilles personnes, des voisins, qui viennent, main dans la main comme des amoureux regoûter les plats de leur jeunesse et mélanger leurs souvenirs à ceux d’ici. Un monsieur qui sanglote, vraiment, en goûtant un plat amoureusement mitonné : « je mangeais ça chez ma grand-mère ». Emotion et fierté de ces rencontres humaines !

Tout pour passer un moment gourmand

Tous les jours, Alexandre et Mélanie mangent dans leur restaurant. Chaque jour à une table différente. Ils le font pour vivre leur « maison » comme des clients. Voir le décor, tester une chaise, sentir le lieu. Pour être certains que tout sera parfait. Ou mieux, que tout sera comme ils aiment. Pour eux comme pour les autres.

J'utilise les bonnes recettes de ma grand-mère... C'est simple, tout ce qui est sur la carte, c'est ce que j'aime !

Alexandre

Souvenirs d'antan

La conversation se poursuit. Un nouveau « coucou » sonne. Encore une heure passée avec eux… Entre ces objets chinés, restaurés par le papa de Mélanie, entre ces souvenirs familiaux et les odeurs de pâtisserie des recettes d’antan, les clients deviennent des amis, les amis les invitent à leur mariage, les souvenirs se croisent.

Il y a des endroits magnétiques… Celui-ci est empli d’ondes positives, de mots attentifs et gentils, de bouchées gourmandes et de recettes « avec de l’amour dedans ». Revenir, vite, une autre fois !

Plaisirs d'Antan

41 rue du 11 novembre

Locon

Plus d'infos

Légende

  • AmBBassadeurs
  • Expériences à vivre