Bonjour Cécile. Dites-nous qui vous êtes ?

« J’ai 33 ans, je suis guide conférencière, notamment ici, au château d’Olhain. C’est marrant, parce que ce château, j’ai dû y faire, je ne sais plus, peut-être 100, 200 visites, mais à chaque fois que j’ouvre le portail, j’ai la boule au ventre, comme une émotion !

J’ai rencontré mon homme dans une fête médiévale, il était chevalier… Vous voyez, je suis une vraie spécialiste du médiéval... (Rires). Plus sérieusement, je suis née près d’ici et j’aime profondément ce lieu. On avait l’occasion de partir dans la Loire, avec mon mari. Avec les châteaux, j’aurai pu trouver du boulot, mais je suis restée ici. Ce lieu, c’est un peu « mon château », non ? »

Vous avez un lieu à vous, un endroit préféré où vous venez, quand vous êtes toute seule, juste pour votre plaisir ?

« Quand j’arrive le matin, après avoir ouvert la grande grille métallique, je fais le tour des douves pour m’asseoir sur ce banc, face au château. Il y a les canards, mais surtout les saules pleureurs et cette vue… Vous voyez ? On voit le château, les pierres, son histoire, d’un seul coup d’œil.

Mais on a aussi l’odeur de la campagne, le foin de l’été, les bêtes, la terre. Je trouve qu’on est alors vraiment en lien avec l’endroit. Le château entre par tous vos sens…

C’est pour cela, sûrement, que je commence toujours la visite par ce petit tour à pied autour des douves, pour amener les visiteurs ici. C’est marrant, je n’y avais jamais pensé ».

Qu’est-ce qu’il a de si particulier cet endroit, pour vous ?

« Mon château, il est encore vivant, il n’a jamais été vraiment restauré, il est dans son jus. C’est un lieu de vie. Ses propriétaires y habitent parfois, dans la maison de la cour. Et puis, il se mérite… On est limite en zone blanche, pas de téléphone qui sonne, alors, c’est un peu un voyage dans le temps qu’on fait ensemble.

Je montre les pierres, usées par le temps et les fesses des chevaux, à l’entrée des écuries. Il y a aussi les échelles en bois où les pieds des paysans ont creusé la pierre. Des fois, j’ai l’impression de sentir cette pierre battre, comme un cœur… »

Mon château, il est encore vivant, il n’a jamais été vraiment restauré, il est dans son jus. C’est un lieu de vie

Cécile

Un souvenir, fort ? Vous avez une image, une sensation qui vous est restée ?

Une hésitation, longue…un soupir…

« Je ne sais pas. Y’a les gens qui habitent ici mais je crois que ce qui est vraiment fort, ce sont les visites avec les enfants, les touts petits qui ont 2, 3 ans. Ils ont les yeux qui brillent, ils sont dans une machine à remonter le temps… Quand on sort des épées en bois ou des fausses arbalètes... Vous imaginez sûrement !

L’un part à l’attaque des dragons, l’autre devient un chevalier… Et puis après, ils vous prennent la main pendant la visite, pour se rassurer, pour vous écouter… J’adore, c’est super fort !

Et en partant, ils vous font un bisou, sur la joue, bruyant et doux… Ils repartent avec des rêves de châteaux. Je sais que ma visite va rester longtemps dans leur jolie petite tête. C’est bien, cela… J’adore ! »